SUR LA ROUTE DE MADISON – Épisode 2 : Accuray, des ingénieurs au service de la santé #JTCVACCURAY
18/04/2019

SUR LA ROUTE DE MADISON Episode 3 : Accuray, « patient-first » pour lutter contre le cancer #JTCVACCURAY

SUR LA ROUTE DE MADISON #JTCVACCURAY

Episode 3 : Accuray, « patient-first » pour lutter contre le cancer

 

Troisième épisode de ce « J’irai tweeter chez vous » à Madison, Wisconsin (États-Unis) à la rencontre des équipes de la société Accuray, acteur innovant dans le domaine de la radiothérapie de haute précision. (Episode 1, Episode 2)

Dans les deux précédents épisodes, je vous ai parlé de la culture d’entreprise et de sa capacité d’innovation technologique forte appliquée au domaine de la lutte contre le cancer.

Mais si cette entreprise est capable de relever des défis technologiques important et de mobiliser des savoir-faire multiples en ingénierie, elle n’en reste pas moins une entreprise de santé orientée patient.

Comme je vous l’avais raconté dans ce post, Accuray a été la première entreprise de son secteur à se rendre au congrès de la Société Européenne de Radiothérapie et d’Oncologie #ESTRO37 à Barcelone en 2018 sans montrer de machine et en projetant un film holographique sur le parcours patient en cancer.

Cela pour sensibiliser et rappeler si nécessaire la place du patient dans ce parcours de soins et mettre en avant le positionnement au quotidien de Accuray : « Patient-first ».

Alors pour aller voir ce que « patient-first » voulait dire au quotidien pour l’entreprise, je suis allé interviewer trois employés. Alyssa Walsh, Manager, Clinical Training, Rob Zahn, Vice President, Manufacturing et Maxime Cordella, un ingénieur français qui assure la maintenance sur le terrain…

 

ALYSSA WALSH : « J’aime me dire que je travaille pour une entreprise qui lutte contre le cancer »

Avant d’intégrer les équipes Accuray, Alyssa Walsh a travaillé en clinique pendant près de 6 ans à traiter les patients atteints de cancer avec la radiothérapie.

Alors aujourd’hui elle est fière de pouvoir contribuer à améliorer la prise en charge avec des machines de plus en plus innovantes et performantes et elle garde en mémoire ces patients qu’elle a accompagné au quotidien.

Elle se souvient particulièrement d’une patiente qui l’a marquée car elle a écrit un livre sur sa maladie et sa bataille malheureusement perdue contre le cancer. C’est son moteur au quotidien.

« Cela me ramène vraiment à pourquoi je fais ce que je fais. Et je fais tout cela pour les patients ».

Elle s’occupe désormais du programme de formation de Madison chez Accuray qui forme tous les utilisateurs (radiothérapeutes, physiciens médicaux et manipulateurs) du monde entier, soit près de 600 personnes par an venues de nombreux pays.

À ces sessions in situ de formation se rajoutent aussi le programme AERO™ qui est une plateforme web ouverte aux utilisateurs Accuray et qui met en place des présentations destinées aux cliniciens sur les congrès afin de permettre des échanges entre pairs.

D’ailleurs lors du congrès de l’ESTRO38 qui aura lieu fin avril 2019 à Barcelone, ce ne sont pas moins de 20 sessions AERO qui seront mise en place pour les professionnels de santé participants.

ROB ZAHN : « Je me sens terriblement satisfait quand je vois une machine sortir pour aller sauver encore plus de vies. »

Rob Zahn dirige la partie industrielle d’Accuray, la fabrication et l’ensemble de la supply-chain.

Les machines de l’entreprise sont fabriquées à deux endroits dans le monde : Madison aux États-Unis et Chengdu en Chine.

Sa plus grande fierté ? « En 11 ans nous n’avons jamais livré une machine en retard ! Nous avons 100 % de respect des délais de livraison depuis plus de 11 ans maintenant. »

Alors bien sûr je lui ai demandé ce que « Patient-first » signifiait pour lui.

Sa réponse est simple :

 

« D’un point de vue supply-chain, « patient-first » veut dire qu’on met tout en œuvre pour que les patients ne manquent pas leur traitement ».

 

Concrètement cela impose que des pièces de rechange soient disponibles en moins de 24 heures partout dans le monde pour assurer un fonctionnement optimal et continu des machines.

Un défi d’autant plus grand que désormais les machines Accuray sont utilisées dans plus de 60 pays à travers le monde.

Ce sera ensuite aux « Field Service Ingénieurs » comme Maxime, rencontré lors de sa formation à Madison, de faire le nécessaire pour assurer la maintenance et l’utilisation optimale de la machine.

MAXIME CORDELLA : « On fait du suivi à distance et on essaie d’intervenir en amont avant que les problèmes n’arrivent. »

Maxime est un jeune ingénieur qui a travaillé d’abord dans certains hôpitaux au Canada et à Paris avant de rejoindre Accuray.

En formation depuis 2 mois, il a d’abord travaillé en binôme avec un collègue pour « découvrir » le métier et les machines Accuray avant de se former sur la machine elle-même, puis de pouvoir bénéficier du programme de formation interne à Madison aux États-Unis.

Maxime a conscience que son rôle est d’assurer une disponibilité maximale de la machine. Pas seulement pour la productivité ou la rentabilité de l’établissement qui l’utilise – de ça il est bien conscient aussi – mais aussi pour assurer aux patients le meilleur traitement possible sans interruption.

Ces patients, il lui arrive de les rencontrer lorsqu’il est en intervention et parfois il se retrouve à devoir répondre à certaines questions concernant leur traitement ou les machines utilisées.

Sans se substituer aux médecins, il aime leur répondre et apprécie ces moments pour le « côté humain » que cela donne à son activité.

Pour lui la notion de « patient-first » est bien présente au sein de l’entreprise et garantie que tous les efforts de chacun seront tournés vers le patient et sa prise en charge maximale.

 

J’ai été particulièrement impressionné par la partie fabrication et assemblage des machines, moi qui suis plus habitué au médicament.

Voir ces machines de plusieurs tonnes être fabriquées, assemblées, testées puis mise à disposition dans le cadre de projets qui mettent 12 à 18 mois à se réaliser puisque les bunkers dans lesquelles elles vont être installées doivent parfois aussi être adaptées, c’est très impressionnant.

La supply-chain de maintenance est aussi essentielle pour assurer une disponibilité sans faille pour les patients avec des utilisateurs et des ingénieurs services extrêmement bien formés.

Si vous êtes de passage à l’ESTRO38, le Congrès de la Société Européenne de Radiothérapie et d’Oncologie, qui se tiendra à Milan du 26 au 30 avril 2019, n’hésitez pas à passer les voir.

Lionel REICHARDT – Le Pharmageek

Post réalisé en partenariat avec Accuray