HAPPINESS THERAPY : Psoriasis, c’est quand le bonheur ? #PsoHappy #31cestTrop #WPD17
27/10/2017
À LA POURSUITE D’OCTOBRE ROSE… TOUTE L’ANNÉE !
10/11/2017

Tagada, tagada…voilà AMAZON !

Hé oui je pense à la chanson de Joe DASSIN... Les Daltons en écrivant ce post.

Je l’avais d’abord nommé : « Leclerc et les pharmaciens enfin d’accord ! »

Je sens déjà certains sauter sur leur fauteuil à la lecture de ce titre.

Mais qu’est ce qu’il raconte ?

Et pourtant c’est ce qui est en train de se passer. Les ennemis d’hier se sont trouvé un ennemi commun : AMAZON !

Le géant américain, déjà surnommé le « everything store » (le magasin ou l’on trouve tout) s’attaque désormais à tous les secteurs et sort du e-commerce qu’il façonne pour construire sa présence physique.

Les chiffres parlent d’eux même. Ils ont été rendus publics avant l’été lors du dernier salon du e-commerce aux USA. La croissance d’Amazon compte pour 2/3 de la croissance du e-commerce aux USA et pour 25% de la croissance du commerce aux Etats Unis.

L’entreprise qui investit massivement dans le référencement payant et qui développe un programme de fidélité « Prime » qui permet d’être livré gratuitement en moins de 48 heures et de bénéficier même de vidéo à la demande, est en passe de sortir du web pour s’installer dans le dur.

Outre le rachat CASH (13,7 milliards de $) de la chaine de magasins Whole Foods Market en juin dernier, AMAZON vient d’ouvrir son douzième Amazon Book, librairie mais aussi (et surtout) showroom des produits Amazon comme sa commande vocale Alexa/Echo qui fait un carton actuellement.

Mais non content de s’attaquer à la grande distribution après avoir mis à mal de commerce de proximité, voilà qu’Amazon s’attaque au monde de la pharmacie.

Chronique d’une disruption annoncée …

PHARMACIE : Leclerc en a rêvé…AMAZON l’a fait !

L’annonce a fait l’effet d’une bombe et le cours de bourse des acteurs traditionnels de la vente de médicaments aux Etats-Unis, les grossistes comme CVS, McKesson ou autre CardinalHealth, se sont effondrés à la bourse de New York.

Source : https://www.recode.net/2017/10/27/16559284/amazon-pharmaceutical-wholesale-stocks-plunging-amzn-cvs

AMAZON vient d’obtenir l’autorisation dans 12 états américains au moins de vendre et distribuer des médicaments même sous ordonnance. Un pavé dans la mare de ce marché colossal (entre 400 et 450 milliards de dollars par an) historiquement réservé aux grossistes spécialisés.

Le Nevada, l’Arizona, le Dakota du Nord, la Louisiane, l’Alabama, le New Jersey, le Michigan, le Connecticut, l’Idaho, le New Hampshire, l’Oregon et le Tennessee ont d’ores et déjà accordé la licence au géant du e-commerce. Le Maine serait en cours de réflexion.

AMAZON a encore quelques semaines pour dire si il entre ou pas dans ce marché.  Mais il y a fort à parier qu’il sera au rendez-vous. Depuis le temps qu’il attend !

Déjà présent sur le marché de l’équipement médical, AMAZON louche sur le marché du médicament depuis plusieurs années à en croire de nombreuse sources.

 

 

Jeff BEZOS son fondateur avait d’ailleurs acheté il y a des années l’url « drugstore.com », ce qui avait laissé présager pas mal de chose avant qu’il ne l’a revende au grossiste C.V.S. qui l’a alors fermée.

Mais le mouvement était attendu depuis des mois.Dès le rachat de la chaîne WholeFoods market et de ses 460 magasins situés dans 45 états, certains imaginaient la possibilité d’ouverture de pharmacies dans chaque magasin.

Alors forcément le cours de l’action AMAZON lui aussi bénéficie de cette annonce.

Mais les analystes sont perplexes.

Mouvement de fond pour certains qui pourrait « disrupter » complètement le marché des 70 000 pharmacies américaines.

Effet d’annonce pour d’autres qui rappellent la difficulté d’Amazon de pénétrer les marchés très régulés (alcohol, Chine,…).

Une analyse intéressante par LLC research montre les opportunités et menaces pour les acteurs du système de santé américain.

En tout cas, c’est l’ensemble des acteurs qui sont impactés.

Dans un récent article, le magazine Challenge revient sur la récente conférence organisée par Michel Edouard LECLERC avec ce titre explicite : « Derrière la dernière colère de Leclerc: une peur panique d’Amazon ».

Il aura au moins cela en commun avec les pharmaciens désormais.

C’est vrai que l’ubérisation a déjà fait quelques morts et AMAZON n’a pas pour habitude de faire dans la dentelle…

AMAZON : après la pharmacie…la pharma ?

1492.

C’est ainsi que s’appelle l’équipe en charge au sein d’AMAZON de travailler sur la santé. Utiliser le cloud AMAZON pour offrir des services autour du dossier patient, intégrer Echo et Alexa dans la télémédecine ou comme assistant médical à domicile, distribuer des médicaments… autant de sujets qui intéressent le géant du e-commerce.

Découvrir la santé… une étape aussi cruciale que la découverte de l’Amérique ?

Surement à en croire les efforts déployés par les GAFAMS (Google Apple  Facebook Amazon Microsoft Samsung – acronyme pour désigner les géants de la tech) depuis plusieurs années pour peser sur ce marché de 6 000 milliards de dollars au niveau mondial.

Dans un récent rapport, Goldman Sachs a envisagé plusieurs scenarii d’entrée pour Amazon dans la santé.

Le plus simple pourrait être à court terme un partenariat avec un acteur existant ; assurance, laboratoire,… un acteur qui lui confierait la distribution des médicaments tout en gardant la charge réglementaire.

La vente par AMAZON de médicaments pourrait aussi favoriser plus de transparence sur le coûts de ceux-ci. Certains imaginent aussi que de la télémédecine via Echo/alexa pourrait déboucher sur une prescription et une délivrance automatique… désintermédiation de toute la chaine du doctor au médicament. Vive l’ubérisation.

Mais si Amazon vend des médicaments aux Etats-Unis il devra en effet conclure des partenariats avec les assureurs et les laboratoires pharmaceutiques. De la négociation de prix, du référencement en passant par une prestation possible en DTC (Direct To Consumer – Livraison Directe au Patient)… les possibilités sont nombreuses.

Les acteurs historiques ne s’y trompent pas; il y aura un « avant » et un « après ».

 

La chaîne de pharmacie CVS a essayé d’atténuer et de rassurer le marché en annonçant une méga fusion avec l’assureur AETNA pour faire la plus grosse OPA de l’année aux Etats-Unis et l’une des 5 plus grosses dans la santé pourtant habituée à ces opérations.

Chez Walgreen on annonce un partenariat avec FEDEX pour montrer que l’entreprise saura aussi distribuer directement aux consommateurs.

Des mégas fusions dans la santé à venir pour faire face à cette arrivée ? Certains le pensent déjà..

Mais AMAZON va t il s’arrêter en si bon chemin, lui qui a l’habitude de casser les marchés et façonner les réglementations ?

Mine de rien le groupe a non seulement développé ses propres produits et technologies (Kindle, Alexa, Echo,..) qu’il développe de plus en plus en partenariat avec d’autres fabricants (un GPS Garmin doté de la commande vocale Alexa arrive bientôt dans vos voitures par exemple), mais AMAZON a de nombreuses marques propres qu’il distribue sur son site.

Alors de là a ce qu’il se décide de fabriquer ses propres génériques ou à racheter un laboratoire pharmaceutique…la question peut se poser.

A suivre donc.

Digitalement vôtre

Lionel REICHARDT – Le Pharmageek