#Hacktioncontrelecancer : entre tendances et convergences pour améliorer la communication patient/soignant en cancer
17/10/2017
Tagada, tagada…voilà AMAZON !
30/10/2017

HAPPINESS THERAPY : Psoriasis, c’est quand le bonheur ? #PsoHappy #31cestTrop #WPD17

Bonheur et psoriasis font-ils bon ménage ?

A priori non me direz-vous ; difficile d’être heureux lorsque l’on est malade.

Pourtant les études sur le sujet sont contrastées.

En 2005, une première étude menée parmi des patients dialysés par l’Université du Michigan démontrait que, contrairement à ce que l’on pouvait penser, le niveau de bonheur persiste malgré la maladie.

Une autre étude publiée en 2012 nuançait l’approche en faisant le lien entre l’impact de la maladie sur le patient et l’impact sur son niveau de bonheur. Toutes les maladies ne sont donc pas à « loger à la même enseigne » lorsque l’on évoque cette question du bonheur.

Mais l’étude menée le Happiness Research Institute et le LEO INNOVATION LAB via l’application mobile PSOHAPPY est quant à elle édifiante sur l’impact du PSORIASIS sur le bonheur des patients atteints de cette maladie : jusqu’à 31% de bonheur en moins selon la sévérité de la maladie.

 

A l’occasion de la journée mondiale du psoriasis, le 29 octobre 2017, Leo Pharma, initiateur du Leo Innovation Lab et le Happiness Research Institute présentent les résultats de cette étude.

L’occasion pour moi de faire une présentation sur le bonheur 2.0.

Vous pouvez retrouver cette matinée sur le storify suivant.

PSOHAPPY : une démarche « patient centric » du Leo Innovation Lab

 

Le Leo Innovation Lab a été créé à l’initiative du laboratoire Danois, Leo Pharma, début 2016 pour changer la vie des patients atteints de maladies chroniques de la peau, notamment le Psoriasis, et apporter des approches nouvelles et digitales dans le parcours de soins.

Structure indépendante du laboratoire, dotée de ses propres équipes et budgets, le LEO INNOVATION LAB a d’abord lancé TREAT, une application de coaching nutritionnel pour les personnes atteintes de maladies chroniques de peau puis PSOHAPPY, la première étude mondiale investiguant bonheur et psoriasis.

Réalisée en partenariat avec le Happiness Research Institute, Think Tank indépendant dédié au bien-être, au bonheur et à la qualité de vie, PSOHappy a réussi à recueillir les réponses de plus de 120 000 participants dans 184 pays.

L’étude a réuni 2 482 patients français et ses résultats, issus de l’application PsoHappy lancée en France début 2017, sont présentés en partenariat avec les associations de patients française et belge : France Psoriasis et PSO Contact.

Ils confirment toute la difficulté de vivre avec du psoriasis en mettant en lumière l’impact du psoriasis sur le bonheur des personnes qui en sont atteintes à travers la charge psychologique et émotionnelle, le stress, la perte d’estime de soi, la solitude…

Cette étude inédite révèle que les femmes sont les plus impactées dans toutes les dimensions du bonheur.

Au global, le niveau de bonheur est réduit chez tous les patients atteints de psoriasis, d’environ 10% chez ceux qui ont un psoriasis léger à modéré et de 31% chez les patients atteints de psoriasis sévère.

Le psoriasis est une maladie chronique de la peau qui touche près de 3 millions de personnes en France et 31% de bonheur en moins c’est insupportable.

C’est pour cela que le laboratoire LEO PHARMA lance à l’occasion de la journée mondiale contre le psoriasis (le 29 octobre) cette campagne et le site 31cesttrop.fr

La campagne « 31cesttrop » lancée par LEO PHARMA à l’occasion de la journée mondiale contre le psoriasis

Avec du Psoriasis, jusqu’à 31% de bonheur en moins !

 

C’est Meik WIKING, CEO du Happiness Research Institute qui présente les résultats de cette enquête mondiale.

Ce spécialiste de la recherche sur le bonheur décrypte les résultats par pays, par genre et partage son analyse et rappelle la récente résolution de l’O.N.U sur le bonheur au cœur des aspirations humaines.

A l’occasion de sa venue en france, Meik WIKING a répondu à quelques questions sur cette étude réalisée avec LEO INNOVATION LAB sur le bonheur et les patients atteints de psoriasis.

Cliquez sur l’image pour retrouver l’interview

« Nous avons mené une gigantesque étude sur plus de 120 000 patients provenant de 184 pays. C’est la première étude de ce type dans laquelle sont analysés le bonheur et la qualité de vie ; elle montre, dans tous les pays, que vivre avec le psoriasis a un impact extrêmement négatif : les personnes vivant avec le psoriasis sont moins heureuses que la moyenne. C’est important pour elles que les professionnels de santé comprennent l’impact que le psoriasis a sur leur bien-être mental. En France, on observe que les femmes sont plus sévèrement touchées que les hommes. Elles sont également plus stressées et plus solitaires. » 

Alors que, selon le classement du Happiness Research Institute, la France se situe dans le peloton de tête des pays les plus heureux dans le monde (32e rang sur 157) avec un indice de 6,4, les Français atteints de psoriasis, eux, atteignent en moyenne un niveau de bonheur de 5,76.

Ce niveau de bonheur va jusqu’à être diminué de 31% (lorsque l’atteinte est considérée par eux-mêmes comme sévère et de -10% et -12%, lorsqu’ils considèrent leur psoriasis comme léger ou modéré).

Dans le strict cadre de l’enquête PsoHappy, la France, qui se situe également dans le haut du classement des pays les plus heureux, chute au 12e rang (sur 19 pays interrogés) : l’impact du psoriasis sur le bonheur est ainsi plus important pour les Français que dans d’autres pays.

La Norvège, le Mexique et la Colombie figurent en tête de liste de l’enquête PsoHappy avec le niveau de bonheur le plus élevé. Ceux avec le plus faible niveau de bonheur sont l’Italie, la Chine et le Royaume-Uni.

Stress, solitude, perte d’estime de soi, douleurs et leurs localisations… l’impact du psoriasis se fait à différent niveaux et il affecte plus fortement les femmes que les hommes.

La méconnaissance et les préjugés qui accompagnent encore la maladie et ceux qui en sont atteint constituent une « double peine » pour Roberte Aubert, présidente de l’association de patients France Psoriasis et partenaire de l’étude.

A la maladie s’ajoute la honte.

 

« On parle quand même d’une maladie où il a fallu une résolution de l’OMS! Elle date de 2014 ».

En effet, en 2014, la 67ème Assemblée Mondiale de la Santé reconnait le psoriasis comme étant une maladie sévère non-contagieuse.

Dans son texte l’OMS précise :

(…)

Reconnaissant également que le psoriasis est une maladie non transmissible chronique, douloureuse, inesthétique, invalidante et incurable ;

Reconnaissant en outre qu’en plus des douleurs, des démangeaisons et des saignements occasionnés par le psoriasis, beaucoup de personnes touchées dans le monde sont victimes de stigmatisation et de discrimination sur les plans social et professionnel ;

(…)

De plus, en dépit de l’accès relativement facile aux professionnels de santé en France, les patients expriment une certaine insatisfaction quant à la relation entretenue avec le professionnel de santé :

  • seulement 53% affirment que celui-ci comprend l’impact du psoriasis sur leur bien-être ;
  • 37% pensent que les médecins ne prennent pas suffisamment leur psoriasis au sérieux
  • et 65% se disent ne pas être suffisamment informés sur les différents traitements.

« Il faudrait une campagne nationale d’information grand-public »,

clame Roberte Aubert.

Elle a raison… Il faut faire la peau aux idées reçues et permettre enfin aux patients atteints de psoriasis d’être plus heureux.

Une récente étude le montre, si le psoriasis n’est en aucun cas contagieux, le bonheur lui l’est.

Plus on est entouré de gens, et qui plus est de gens heureux, plus on a de chance d’être heureux soi-même.

Alors arrêtons de stigmatiser et d’isoler les patients atteints de psoriasis.

 

Digitalement vôtre

Lionel REICHARDT – Le Pharmageek

Post réalisé en partenariat avec Leo Pharma et Capital Image.

Retrouvez le communiqué de presse de LEO PHARMA là.