La e-santé animale présente à Castres le 6 juillet 2017
20/04/2017
Quelle dose de digital prescrire pour encourager l’exercice physique dans la sclérose en plaques ? #SEPbyStEPs
31/05/2017

L’arrêt du tabac : une affaire de pro !

Comme chaque année, ce 31 mai est la journée mondiale de lutte contre le tabagisme.

30 ans ! Cela fait 30 ans maintenant que cette journée mondiale mise en place par l’OMS existe pour faire mieux connaître, partout dans le monde, l’épidémie de tabagisme et ses effets mortels.

Une épidémie évitable qui sera pourtant, d’ici 2020, la principale cause de décès et d’incapacité, avec plus de 10 millions de victimes par an.

Le tabagisme entrainera alors plus de décès à travers le monde que le Sida, la tuberculose, la mortalité maternelle, les accidents de voiture, les suicides et les homicides combinés…

Une récente enquête menée par l’Ifop et Pfizer montre que 69% des fumeurs déclarent avoir essayé d’arrêter de fumer dont 42% plusieurs fois mais très peu consultent un professionnel de santé pour les accompagner.

Ils ont pourtant 4 fois plus de chance d’arrêter de fumer avec des traitements médicaux et avec l’aide de professionnels de la santé.

C’est pourquoi Pfizer va prochainement lancer un site Internet pour aider les fumeurs dans leur sevrage tabagique avec un programme de coaching personnalisé, un questionnaire pour préparer la consultation médicale et des conseils au quotidien.

 

 

 

 

 

Sevrage tabagique : aider les patients à s’arrêter de fumer.

 

Mobiliser les professionnels de santé autour de l’accompagnement des fumeurs pour arrêter de fumer est un enjeu majeur depuis de nombreuses années.

Fumer n’est pas une habitude mais bien une addiction qui génère une dépendance forte dont il est difficile de se défaire.

Des tests permettent d’évaluer le niveau de cette dépendance (Fagerström).

En 2005 l’OMS en a fait l’enjeu principal de la journée mondiale de lutte contre le tabac en soulignant le rôle des professionnels de santé  dans la lutte contre le tabagisme et la faiblesse des formations visant à les aider pour accompagner les patients en interrogeant notamment les étudiants en santé à travers le monde sur leur niveau de formation sur les techniques de sevrage tabagique.

Le Ministère de la Santé et la HAS aussi ont reconnu depuis longtemps que les professionnels de santé étaient clés dans la réussite du sevrage tabagique en lançant de nombreuses initiatives afin de les former et d’informer sur la prise en charge des patients.

La HAS a aussi mis en place des recommandations pour les professionnels de santé de premier recours afin de les aider dans cette démarche.

Un espace professionnel de santé est même dédié dans le site tabac-info-service.fr pour apporter tous les supports nécessaires afin d’accompagner les professionnels de santé dans cette prise en charge.

 

Selon l’INCA qui a publié fin 2016 une synthèse : « Arrêt du tabac dans la prise en charge du patient atteint de cancer » pour faire le point sur les effets spécifiques de la poursuite du tabagisme pour les patients atteints de cancer, un fumeur a 80 % plus de chances d’arrêter s’il reçoit l’aide d’un professionnel de santé.

Malgré cela, peu de fumeurs consultent un professionnel de santé lorsqu’ils décident d’arrêter de fumer.

Sevrage tabagique : « Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin. »

Ce proverbe s’avèrerait-il vrai en matière de sevrage tabagique ?

Il ressort de la récente étude Ifop/Pfizer que 69% des fumeurs interrogés essayent ou ont essayé d’arrêter de fumer, mais que dans la majorité des cas ceux qui ont tenté d’arrêter de fumer le font seuls, sans aucun accompagnement humain ou thérapeutique.

« Ces résultats révèlent à quel point le sevrage tabagique est une démarche compliquée, loin d’être considérée comme légère ou insouciante par la plupart des fumeurs. 7 sur 10 ont tenté d’arrêter de fumer et n’y sont pas arrivés. Les méthodes employées par les fumeurs pour arrêter de fumer sont très individuelles révélant que le sevrage tabagique est une problématique intime, se déroulant entre soi et soi-même, comme si elle n’apparaissait soluble que par soi-même.»

commente Fabienne GOMANT, directrice adjointe, Ifop.

En conséquence de quoi, 11% seulement des fumeurs qui essayent d’arrêter s’adressent à un professionnel de santé… avec les médecins spécialisés et les médecins généralistes en première ligne, mais aussi les psychologues et les pharmaciens.

La lutte continue quoi qu’il en soit et c’est c’est à l’évidence une affaire de pro…

 

Digitalement vôtre
Lionel REICHARDT – le Pharmageek

Post réalisé en partenariat avec PFIZER

 

 

1 Enquête Ifop/Pfizer France menée auprès de 1103 fumeurs – extrait d’un échantillon de 3600 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus – par questionnaire auto-administré en ligne – Du 5 au 10 avril 2017

2 Ribassin-Majed, L. and C. Hill, Trends in tobacco-attribuate mortality in France. Eur J Public Health, 2015.