Accompagnement des patients asthmatiques chroniques : les modalités de mise en œuvre du dispositif – La lettre 50 (lundi 15 décembre 2014) – Ordre National des Pharmaciens
18/12/2014
Medical Meetings Face #Pharma Sponsorship Crisis
18/12/2014

Honoraires de dispensation : ce que projette Univers Pharmacie

L’enseigne Univers Pharmacie a confié la semaine dernière aux membres de l’UDGPO (Union des groupements de pharmaciens d’officine) son projet de ne pas faire payer les honoraires de dispensation aux clients de ses officines adhérentes. Une réunion houleuse s’est tenue la semaine dernière au sein de l’UDGPO (Union des groupements de pharmaciens d’officine) après que l’un de ses membres, l’enseigne Univers Pharmacie, a dévoilé son intention déjà très avancée de préconiser à ses adhérents de ne pas facturer les honoraires de dispensation sur les médicaments. Ceci lorsqu’ils sont délivrés sans ordonnance et dès le 1er janvier prochain, date de mise en application de la nouvelle rémunération officinale.

Selon le projet de Daniel Buchinger, président d’Univers Pharmacie, les honoraires seraient supprimés dans le cadre d’un conseil officinal en contrepartie de la détention d’une carte de fidélité achetée 25 euros dans les pharmacies affiliées à l’enseigne.

La plupart des présidents de groupements et d’enseignes représentés au sein de l’UDGPO ont exprimé leur inquiétude et leur opposition vis-à-vis de cette stratégie, tentant de dissuader le président d’Univers Pharmacie d’aller au bout de sa démarche.

Contacté ce lundi 15 décembre, Daniel Buchinger n’a pas confirmé cette stratégie.

« Je ne suis pas sûr qu’il soit prêt à faire marche arrière », confie Lucien Bennatan, président de l’UDGPO. Une telle tactique serait « faire le jeu de l’UNCAM et de la DGCCRF », estime-t-il, notant toutefois que les membres de son association sont libres de leurs choix stratégiques.

De même, l’enseigne discount Lafayette Conseil, adhérant à l’UDGPO, se montre ouvertement défavorable à la démarche d’Univers Pharmacie. D’ici à la fin de la semaine, l’enseigne doit néanmoins déterminer une conduite à tenir : « suivre le mouvement, l’anticiper ou s’en tenir aux termes conventionnels », précise son président, Hervé Jouve.

Matthieu Vandendriessche