Coronavirus : une chance pour la transformation digitale de la pharma ?
04/03/2020
MAiiA : UNE ASSISTANCE DIGITALE INDISPENSABLE #JTDCM #E8
04/05/2020

CORONAVIRUS : A BOUT DE SOUFFLE…MAIS PAS A COURT D’IDEES ! LE CAS DES RESPIRATEURS #PANDEMIE2.0

« Le guerrier victorieux remporte la bataille, puis part en guerre.

Le guerrier vaincu part en guerre, puis cherche à remporter la bataille. »

Sun Tzu – L’art de la guerre


CORONAVIRUS : A BOUT DE SOUFFLE ….MAIS PAS A COURT D’IDEES !   

LE CAS DES RESPIRATEURS

Un chapitre de Pandémie 2.0… à paraître prochainement 

 

La guerre est déclarée.

Mais les guerres sont faites de batailles et chacune compte.

Dans les batailles qui sont à mener pour battre CoVid19, il y a celle des respirateurs, ces appareils qui permettent aux patients atteints de formes sévères d’être maintenus en vie à l’hôpital le temps que leur système immunitaire et les traitements qui leur sont prodigués les aident à vaincre le virus.

Chaque hôpital dispose de lits de soins intensifs et d’un certain nombre de respirateurs…. Mais cela risque de ne pas suffire.

Cela ne suffira pas….

La « hauteur de la vague », comme beaucoup le rappelle actuellement, est telle que nous risquons d’être submergés. Nous avons vu ce que cela signifie avec le cas de l’Italie. Cela se traduit par des choix insoutenables et beaucoup de vies perdues.

Dans son rapport de situation 41[1], l’OMS appelle les pays à trouver le plus de respirateurs possible et précise :

« L’oxygénothérapie est la principale intervention thérapeutique chez les patients atteints de COVID-19 sévère. Tous les pays devraient travailler optimiser la disponibilité des oxymètres de pouls et des systèmes d’oxygène médical. La mortalité des personnes gravement malades est de plus de 50%, de ce fait la mise en œuvre d’interventions de soins intensifs éprouvées telles que la ventilation respiratoire doit être optimisée. »

Alors il faut trouver des solutions et l’être humain a cela de formidable : même quand il est à bout de souffle, il n’est jamais à court d’idées !

1. Le respirateur une arme indispensable pour sauver des vies

CoVid19 commence à être connu même si beaucoup reste à découvrir sur son fonctionnement. Mais les avis convergent pour estimer que si 15% des personnes atteintes ont des formes sévères, 5% sont des cas critiques caractérisés notamment par un syndrome respiratoire aigu sévère.

Cela a été bien documenté[2] par les médecins chinois sur plus de 72 000 cas.

Source [3]

Ces cas critiques nécessitent pour la majorité d’être mis sous respirateur[4] pour des périodes allant parfois jusqu’à 3 semaines.

Les projections faites sur l’impact de la maladie sont par ailleurs alarmantes. Que ce soit sur la Grande-Bretagne, les USA [5]ou la France[6], toutes s’accordent sur un nombre de morts allant de plusieurs centaines de milliers en UK ou France à plus de deux millions aux USA si rien n’est fait.

Cela est sans compter les morts dûes à l’insuffisance de respirateurs car il en faudrait, au pic de l’épidémie, selon les estimations[7], entre 30 000 et 100 000 rien qu’en France… nous en disposons de 5 000[8].

France : Un comptage qui date de plusieurs années estime le chiffre de respirateurs à 7000 environ auxquels peuvent s’ajouter tous ceux qui sont au sein des blocs opératoires ou mobiles dans les unités de SAMU.

Soit probablement autour de 15 000 appareils au total.

Et tous les pays sont dans cette situation face à cet évènement exceptionnel.

Source[9]

Et la pandémie progresse rapidement désormais.

Source[10]

Atteignant désormais les Etats-Unis qui se préparent pour cette vague en sachant que, bien qu’ils fassent partie des mieux équipés en nombre de lits de soins intensifs pour 100 000 habitants, cela ne suffira pas[11].

Le Ministère de la Santé américain estime qu’il lui faudrait au moins 200 000 lits pour faire face à une crise modérée et jusqu’à 2,9 millions si la crise est aigüe[12]…mais il n’y a que 100 000 respirateurs et beaucoup sont déjà utilisés…

Alors une seule défense à ce stade : RESTER CHEZ NOUS…. Faire en sorte que le moins de personnes possible soit touché et que le système de santé puisse traiter les cas critiques qui devront tout de même être pris en charge.

Par ailleurs des solutions sont mises en place pour augmenter le nombre de respirateurs disponibles…


2. La quête pour les respirateurs

De nombreuses initiatives ont été mises en place pour trouver des respirateurs ou amener les patients vers des respirateurs disponibles.

Tour d’horizon :

  • Demander aux industriels de produire plus

Les industriels sont déjà sous tension. La demande explose et même en passant en 3X8 et en arrivant à s’approvisionner en composants, les commandes ne pourront pas être honorées. En tout cas pas avant des mois…

Mais tous jouent le jeu et font le maximum pour augmenter leurs capacités de production.

Source[13]

Les chaînes de production tournent non-stop et certains états comme l’Allemagne, qui héberge plusieurs des grands fabricants mondiaux (Lowenstein, Dragerwerk, aXcent), ont commandé plusieurs milliers d’appareils[14] et ont réquisitionné les respirateurs qui seront produits.

En France, Air Liquide va quadrupler sa production[15] mais cela implique, dans un monde confiné, de former des équipes et de travailler non-stop.

D’autres pays ont quant à eux bloqué l’exportation de matériel médical de peur qu’ils viennent à manquer et bloquent la venue de composants pour fabriquer des respirateurs. C’est le cas par exemple du Suisse Hamilton Bonaduz SA qui a un composant bloqué par la Roumanie comme « Medical Device » alors qu’isolément il ne peut servir à rien[16].

Si l’Allemagne en a commandé 10 000 et l’Iran aussi, la GrandeBretagne en cherche près de 20 000 supplémentaires.

Un pays comme la France achète 1 000 à 1 500 de ces respirateurs habituellement chaque année.

Les industriels font le maximum mais même en doublant leur production ils ne pourront pas faire face à cette demande en pleine explosion.

  • Faire appel à l’armée

Face à la saturation des hôpitaux les plus touchés, comme dans le Grand Est, il a été décidé de faire appel à l’armée pour aider à prendre en charge des patients.

D’abord avec Morphée (« MOdule de Réanimation pour Patient à Haute Elongation d’Evacuation »), l’unité volante de réanimation qui a pu acheminer des patients sur des hôpitaux d’autres régions non encore touchées.

Grâce à cet équipement, le Boeing C135 FR rapatrie jusqu’à 12 patients critiques en leur assurant une qualité de soins et de surveillance comparable à celle d’un service de soins intensifs.

Utilisé pour la première fois sur le sol français, il a transporté 6 patients[17], deux de Colmar et quatre de Mulhouse, jusqu’aux hôpitaux militaires de Toulon et Marseille.

Par ailleurs, l’armée va déployer à Mulhouse un « hôpital de campagne » ou dans son jargon un « Elément Militaire de Réanimation ». Cette structure médicale modulaire sous tente, entièrement dédiée à la prise en charge de patients du Covid-19, sera gérée « par du personnel médical des armées » pour une capacité de 30 lits de réanimation.

Elle a aussi utilisé un de ses porte-hélicoptères pour transporter des patients depuis la Corse jusque sur le continent.

Ce cas de figure se retrouve dans de nombreux autres pays ou l’armée vient en renfort dans la lutte contre le coronavirus – pour assurer la protection et le respect des mesures de contingentement mais aussi pour mettre à disposition ses personnels et équipements médicaux afin de renforcer les ressources disponibles.

L’armée suisse achète plusieurs centaines de respirateurs.

L’armée américaine ramène ses bateaux hôpital à quai pour assurer la prise en charge de patients.

Mais là encore ce ne sera pas suffisant.

 

  • Reconvertir d’autres respirateurs

Tout d’abord le marché du respirateur se divise en 3 sous-marchés principaux :

Les respirateurs pour les soins intensifs

Les respirateurs « mobiles », notamment pour les ambulances ou la mobilité au sein de l’hôpital

Les respirateurs pour enfants en néo-natalité

Grâce à cela la France pourrait quasiment doubler son parc de respirateurs notamment en réaffectant les respirateurs mobiles en lits de soins intensifs quand cela est possible et en récupérant l’ensemble du parc de respirateurs présents dans les salles de réveil et les blocs opératoires.

Par ailleurs plusieurs pays s’intéressent aux respirateurs et autres matériels utiles présents chez les vétérinaires.

Le 20 mars 2020, à la demande du Ministère de la Santé qui avait lancé un « appel à la solidarité avec la médecine humaine », le Conseil National de l’Ordre Vétérinaire,  a écrit[18] à l’ensemble de la profession pour les appeler à aider autant que faire se peut les soignants de la santé humaine.

Masques, protections, mais aussi matériel d’anesthésie et de réanimation – tout ce qui peut être donné aux hôpitaux et médecins sera le bienvenu dans le combat contre le coronavirus.

Même démarche en Belgique[19] de la part de l’UPV, l’Union Professionnelle Vétérinaire ainsi qu’en Grande-Bretagne où l’Animal Health Trust est appelé au secours[20] de la N.H.S..

  • Encourager d’autres industries à en fabriquer

Et si d’autres industries pouvaient reconvertir leurs chaînes de production ou certains de leurs composants en respirateurs ?

C’est la question soulevée dans de nombreux pays, notamment en Grande-Bretagne[21] où l’appel a été fait aux constructeurs automobiles pour apporter leur aide à l’effort général sur le sujet.

Dyson, Airbus, Rolls Royce, General Motors, Ford, Honda, Jaguar, Land Rover… tous ont déclaré étudier la faisabilité pour produire des respirateurs et répondre à la demande.

Dyson a d’ailleurs annoncé que ses équipes avaient en 10 jours conçu un respirateur et qu’un premier lot de 15 000 unités serait produit pour le mois d’avril afin d’honorer la commande de 10 000 unités pour la Grande-Bretagne et 5 000 unités restantes pour les plus nécessiteux.

Le dispositif baptisé CoVent[22] répond au cahier des charges[23] mis à disposition par le Ministère de la Santé britannique et correspond à l’appel à contribution lancé par le gouvernement..

Une autre société britannique spécialisée dans les aspirateurs, GTech, a développé un respirateur en urgence[24].

Même Elon Musk s’est dit prêt à fabriquer des respirateurs si nécessaire.

Le maire de New York l’a d’ailleurs sollicité[25] directement en lui demandant de produire ces respirateurs car la ville en aurait « besoin de beaucoup et très vite ». Le fondateur de Tesla et SpaceX assure que ses usines ont l’habitude de construire des équipements de ventilation et de respiration.

Rapidement les équipes de SpaceX/Tesla ont commencé à travailler avec les équipes de MEDTRONIC, industriel de santé.

D’ores et déjà TESLA a acheté  1255 respirateurs en Chine et en a donné 1000 à la ville de Los Angeles[26] en attendant de fabriquer les siens au sein de l’usine TESLA.

Mais c’est à une économie de guerre à laquelle les pays font appel car jusqu’ici seuls les industriels de santé étaient habilités à produire ce type de matériel.

« Irréaliste ! » Répondent les spécialistes[27] du secteur.

Trop de complexité, de réglementaires, de validations…Cela prend des mois normalement pour valider des équipements médicaux.

« Nous pouvons le faire »[28]  répondent certains industriels.

Outre les imprimantes 3D qui sont disponibles, certains sites de productions automobile ou aérospatiale n’ont rien à envier aux sites industriels pharmaceutiques et pourraient être utilisés.

Mais c’est le sourcing de certaines pièces qui pourrait s’avérer très compliqué et prendre plusieurs mois… un temps que nous n’avons pas.

  • Il faut aussi assurer la maintenance du parc actuel et ce n’est pas gagné

Non seulement les respirateurs vont être utilisés à 100% mais en plus des respirateurs plus anciens ou d’autres types (vétérinaires, ambulanciers,..) vont être mis à contribution.

Les pannes sont possibles.

Les accessoires (tubes, masques, cordons, valves…) vont être nécessaires en grandes quantités.

Et les fournisseurs, avec leurs collaborateurs confinés et leurs stocks limités, ne vont pas pouvoir venir réparer comme il faudrait.

Par ailleurs, comme dans beaucoup d’industries, les appareils sont de plus en plus complexes, avec des composants logiciels verrouillés, des pièces détachées spécifiques,… rendant l’auto-maintenance difficile, voire impossible.

Plusieurs initiatives ont vues le jour.

    • Les manuels d’entretien mis en ligne

Autre sujet difficile, celui de la connaissance qui n’est pas toujours disponible pour assurer la maintenance ou la réparation du matériel par des réparateurs indépendants.

C’est pour cela que l’initiative de « Franck » – Franck’s Hospital Workshop[29] – un technicien biomédical qui travaille dans un pays en voie de développement, qui met en ligne les manuels, les formations et tous les documents qu’il peut collecter sur les appareils biomédicaux utilisés par les hôpitaux, est essentielle.

Frank a publié des manuels d’entretien des ventilateurs et a reçu des lettres de cessation et de désistement de certains fabricants : «Téléchargement interdit par le fabricant. L’assistance n’est pas souhaitée », est un message qu’il a affiché à côté de certains manuels de réparation précédemment disponibles pour des respirateurs[30].

Les fabricants ne sont pas favorables à la réparation par des tiers. Cette réparation est pourtant encouragée par les instituions de certains pays pour assurer un niveau de disponibilité maximale des appareils[31].

Qu’en sera-t-il dans la tourmente et dans cette situation exceptionnelle que nous connaissons actuellement?

Toutes les bonnes volontés sont nécessaires.

Et c’est pour cela que la communauté iFixit a appelé à l’aide pour récupérer l’ensemble des manuels d’entretien des respirateurs afin de les mettre en ligne pour tous ceux qui en auraient besoin[32].

 

    • Et pour les pièces détachées ? l’impression 3D vient au secours de la maintenance

De la bonne volonté il en a fallu à Brescia, un des foyers du coronavirus en Italie.

Alors que les patients affluent par centaines et meurent par dizaines, les respirateurs ont besoin que les valves soient changées et les stocks de maintenance sont vides.

L’urgence dans l’urgence qui mobilise un réseau de Fab[33] Lab de la région et qui amène une jeune startup spécialisée en impression 3D à répondre présent.

Impossible d’obtenir les fichiers 3D de la part du fabricant[34]. Qu’à cela ne tienne ! On mesure, on dessine, on schématise et voilà que 6 heures plus tard les premières valves sont là.

Par 10 d’abord, puis par 100.

Certes elles ne sont pas certifiées, certes elles sont de moins bonne qualité et il faut les changer plus souvent….mais elles ne coûtent que 1 euro… contre bien plus normalement. Et elles sont disponibles.

Il aurait été question de menace de poursuites de la part du fabricant. Ce que ce dernier a totalement démenti. Peut-on pour autant partager le fichier 3D à d’autres hôpitaux ? Multiplier les fabrications? Pas sûr…

Mais la créativité, l’agilité et la réactivité sont là. Beaucoup d’autres exemples peuvent en témoigner.


3. De l’air, de l’air…. Et des idées !

La course aux respirateurs est donc ouverte et ce ne sont pas que les industriels de différents secteurs qui s’y lancent mais aussi de nombreuses communautés à travers le monde.

La commission européenne vient de lancer un appel à projets à la communauté de l’impression 3D pour trouver des solutions afin de fabriquer le matériel nécessaire.

Les makers et les communautés open source sont sur les rangs pour rivaliser d’idées.

  • Démultiplier les respirateurs existants

Et si on pouvait ventiler plusieurs patients avec un seul ventilateur ?

La chose avait déjà été réalisée en 2017 lors de la fusillade de Las Vegas au cours de laquelle un tireur isolé avait tué plus de 200 personnes et blessé près de 900.

Un des urgentistes en première ligne ce soir là a partagé son expérience[35] de cette prise en charge et fait part de la possibilité d’utiliser un respirateur pour deux personnes.

Cette solution extrême a été reprise par un médecin canadien, le docteur Gauthier, travaillant à Perth à l’ouest d’Ottawa qui l’a partagée sur les réseaux sociaux[36].

Il a réussi à diviser le tube principal en plusieurs tuyaux et ainsi à alimenter, non pas deux, mais  potentiellement neuf patients avec un seul respirateur. Cela reste théorique car ventiler 9 personnes à partir d’un seul respirateur semble peu réaliste.

Mais dans l’urgence certains médecins notamment en Italie ont utilisé cette méthode pour pallier le manque de respirateurs.

Ils ont même conçu avec l’université de Bologne[37] un « double-respirateur »  pouvant être utilisé sur deux patients en même temps et ils ont demandé à une société italienne de fabriquer le dispositif à grande échelle pour approvisionner les hôpitaux italiens[38].

Doubler oui, mais si on pouvait faire encore mieux ?

Une étude a été publiée sur l’utilisation d’un respirateur pour quatre personnes en 2006[39]. Cela semble possible mais pour une période courte (et on sait qu’un patient CoVid peut passer entre 1 et 3 semaines sous respirateur) et pour des patients de même poids/corpulence.

L’auteur de cette étude, la Dr Charlene Babcock, urgentiste à l’hôpital de Detroit (USA), a d’ailleurs fait une vidéo diffusée sur Youtube[40] le 14 mars 2020 pour expliquer comment faire.

Une société américaine[41] a créé un dispositif compatible avec les respirateurs actuels pour pouvoir les transformer afin d’alimenter jusqu’à 4 patients en même temps.

Ce dispositif imprimé en 3D a été validé par la FDA, l’agence américaine du médicament, dans un processus d’urgence pour faire face à la situation[42].

Les plans sont disponibles en open source afin de permettre à tous ceux qui le veulent de pouvoir imprimer le dispositif.

Mais il s’agit là d’une solution extrême car cela divise d’autant l’apport en air que l’on peut donner à chaque patient et nécessite de prendre des patients de même taille et de même capacité pulmonaire pour pouvoir fonctionner.

  • Des startups qui pourraient aider

Deux startups américaines s’apprêtaient à entrer sur ce marché des respirateurs.

La première, OneBreath, basée à Palo Alto et fondée par des médecins et des ingénieurs de l’Université de Standford, allait lancer un respirateur à la fois simple d’utilisation et beaucoup moins coûteux que les respirateurs traditionnels.

Malheureusement la production n’a pas encore été lancée et la société est toujours en attente de la validation de leur produit.

Un autre projet est celui de la société Ventec qui a développé un respirateur portable et multi-fonctions.

Validé par la FDA depuis 2017[43], Ventec n’a pas la capacité de produire de grandes quantités.

Qu’a cela ne tienne, ses équipes ont fait un partenariat avec les équipes de Général Motors pour produire le respirateur au sein de l’usine GM de Kokomo[44].

10 000 respirateurs pourraient être produits rapidement chaque mois dans cette usine.

  • Une multitude de projets open-source voient le jour.

Historiquement, la notion d’Open source se réfère aux logiciels dont les codes sont ouverts gratuitement pour permettre leur utilisation et leur duplication afin de favoriser un libre échange de savoirs informatiques.

Par extension, open source regroupe aussi le partage de connaissance dans tous les domaines pour faire avancer un sujet à travers le partage de fichiers.

Il existe plusieurs plateformes et communautés Open Source – les deux plus connues étant GitHub, absorbée par Microsoft fin 2018, et GitLab son challenger[45].

Toutes regroupent des communautés totalement mobilisées pour lutter contre le coronavirus.

  • Un respirateur Open Source pour moins de 40 euros

C’est un collectif d’ingénieurs polonais[46] de la plateforme GitLab qui a mis au point ce respirateur. Le projet baptisé Ventilaid permet de fabriquer un respirateur en une quinzaine d’heures grâce à l’impression 3D et de le rendre opérationnel grâce à des composants industriels faciles d’accès et peu coûteux.

  • Un groupe Facebook et 300 personnes pour concevoir un respirateur

Lancé d’Irlande sur Facebook le 11 mars 2020, le projet OSV – Open Source Ventilator – a regroupé plus de 300 participants (médecins, ingénieurs, chercheurs, designers, développeurs,..) et reçu le soutien de grands groupes comme Accenture et Deloitte qui ont mis à leur disposition des ressources en R&D.

Nombreux sont les exemples[47] de projets en Open Source pour fabriquer des respirateurs : en Allemagne, en Espagne,… Partout les communautés sont mobilisées.

PAPROxyGENCoreponse .. Parmi de nombreux projets.

  • Des projets complémentaires

Ces respirateurs peuvent fonctionner avec d’autres projets notamment concernant les masques.

Les italiens d’Isinnova qui s’étaient déjà distingués en fabriquant des valves nécessaires au bon fonctionnement des appareils (voir plus haut) ont été sollicités pour adapter les masques de plongée Décathlon pour qu’ils puissent être utilisés avec un respirateur.

Isinnovia a mis en ligne sur son site l’ensemble des fichiers et le lien vers le site de e-commerce de Décathlon pour acheter le masque déjà commandé pour 500 patients par la protection civile de Brescia et vendu sur le site italien du distributeur à 19,90 euros.

Photo credit: FabFactory

Un brevet a été déposé par le concepteur afin d’éviter toute spéculation et s’assurer de la mise à disposition gratuite partout dans le monde.

  • Des dispositifs validés médicalement

Le département d’ingénierie de l’université de RICE au Texas a développé avec une société canadienne un projet de respirateur Open Source – ApolloBMV qui permet d’obtenir un respirateur fonctionnel pour moins de 300[48] $.

Ce projet a servi de point de départ à un consortium espagnol regroupant le constructeur automobile SEAT, le Barcelonais Free Zone Consortium (CZFB), la multinationale HP et Leitat et a permis de mettre au point le premier ventilateur imprimé 3D destiné aux hôpitaux et aux unités de soins intensifs dans le pays.

Déjà en production, une centaine d’unités devrait être produite et mise à disposition des services hospitaliers chaque jour.

La première version LEITAT1 est validée médicalement et une seconde version LEITAT2 devrait voir rapidement le jour pour être plus conforme aux exigences de l’Agence Espagnole des médicaments et des dispositifs médicaux[49].

Un autre projet lancé par des étudiants du MIT est en cours de validation par la FDA.

Le projet e-Vent veut remplacer la ventilation manuelle pour soulager le manque de respirateurs et aider à sauver le plus de patients possible.

  • Faire appel a l’intelligence collective

Outre le groupe Facebook – Open Source COVID19 Medical Supplies – qui regroupe 53 000 personnes, il y a un SLACK ouvert avec plus de 13 000 participants et aussi des hackathons qui sont menés pour répondre aux formidables défis lancés par cette pandémie qui met à rude épreuve les fournitures de masques, de gel, de respirateurs,…

Le groupe Facebook a par exemple servi de support pour un hackathon sur un respirateur Open Source.

Plusieurs challenges ont été lancés comme le « Innovate2Ventilate » (Innover pour Ventiler) mené par le Massachussets General Hospital ou celui lancé par Ennovative qui entre dans sa deuxième phase pour sélectionner les meilleurs projets.

Un challenge mondial autour des respirateurs a même été lancé pour faire émerger les meilleures solutions qui seront ensuite mises à disposition de l’ensemble des acteurs qui en ont besoin.

L’O.M.S., l’Organisation Mondiale de la Santé, n’est pas en reste puisque qu’elle vient de lancer un hackathon mondial #BuildforCovid19 dans la lutte contre le coronavirus – CoVid19 Global Hackathon.

Et de nombreux pays ont mené des hackathons : AllemagneBelgique, FranceColombie,.. un hackathon totalement digital aussi s’est tenu pour l’Estonie afin de trouver les innovations intéressantes dans la lutte contre CoVid19.

Parmi les innovations proposées une application pour trouver les compétences nécessaires a été développée afin de faire face aux besoins.

En effet, ce n’est pas le tout d’avoir des respirateurs, encore faut-il avoir les personnes compétentes pour les utiliser et prendre en charge les patients.

  • Former à la prise en charge

Compte tenu de l’ampleur de la tâche, toutes les ressources disponibles sont nécessaires et doivent être formées à la prise en charge de patients atteints de formes sévères de la maladie.

Afin de prendre en charge des Infections Respiratoires Aigües sévères, l’OMS a mis en ligne une formation de 10 heures pour les soignants[50]

Beaucoup d’hopitaux aussi ont mis à profit le temps dont ils disposaient avant « l’arrivée de la vague » pour former (et reformer) le maximum de leur personnel soignant afin que chacun puisse contribuer au mieux à la prise en charge des patients.

C’est par exemple le cas de l’hôpital d’Ottawa au Canada qui a formé les médecins et les infirmières aux procédures à mettre en place afin de prendre en charge un patient CoVid19 en détresse respiratoire.

Les mannequins sont mis à contribution afin de permettre à chacun de maîtriser les gestes allant de l’intubation à la manipulation du patient.

Mais aussi plus proche de nous avec le CHU de Dijon qui travaille avec le centre de simulation en santé USEEM pour faire des simulations et des formations en réanimation.

Les semaines avant l’arrivée de la vague de patients ont été utilisées à former, à définir des parcours et des protocoles de prise en charge, à se préparer au mieux…mais peut-on vraiment les préparer à ce qu’ils vont vivre ?

Merci et bravo à eux en tout cas ainsi qu’à tous ceux qui se mobilisent pour faire en sorte de passer ce terrible moment.

La guerre est déclarée et l’une des batailles à mener est celle des respirateurs… la créativité, l’ingéniosité, la générosité de l’Humain est à la manoeuvre et le temps nous dira si elles auront permis de répondre aux défis posés par cette lutte contre CoVid19.

Ces solutions, parfois de derniers recours, peuvent aussi être porteuses d’espoir pour l’Afrique, grande oubliée de cette pandémie et qui risque sur cette question des respirateurs, comme sur beaucoup d’autres, de se retrouver en grande détresse.


Ce post fera partie de « Pandémie 2.0 », un ebook en cours de rédaction qui reviendra sur la place du digital dans la lutte contre CoVid19 et plus généralement sur la place du digital en santé.

Pandémie 2.0 est déjà un slide kit de 250 slides dont 200 slides de solutions de santé digitale classées par catégories, technologies, pays,… elles servent de base aux formations esanté sur les différentes promo du #MBADMB que je forme actuellement.

Cette crise sanitaire est un game changer des usages digitaux en général et dans la santé en particulier.

Pour rappel, nous lançons d’ailleurs un MBA Digital Marketing & Business HEALTH en Juin 2020.

Plus que jamais il est temps de (se) former au digital et d’accompagner la transformation digitale de vos entreprises, métiers et collaborateurs. Informez-vous.

Si vous êtes intéressés pour organiser une formation à vos équipes (ou pour vous) ou obtenir le contenu de Pandémie 2.0, n’hésitez pas à me contacter via LINKEDIN .

Par ailleurs je continue à distance à organiser des formations et à créer du contenu pour vos marques et actualités ainsi qu’à préparer « l’après confinement » (si, si, ça viendra ! :-)).

J’irai tweeter chez vous #JTCV devient J’irai tweeter de chez moi.. 🙂 .. il faut savoir s’adapter en mode confiné. Des interviews à venir !

Ne laissez pas « la chaise vide » et n’hésitez pas à faire des communications, interviews, relais de vos messages via Pharmageek et son écosystème.

Soyons créatifs !

7C’S HEALTH, ma société, a fêté ses 6 ans le 14 mars 2020 et je fais tout pour passer ce cap en tant qu’entrepreneur indépendant non salarié… comme beaucoup d’autres prestataires et entreprises. Et nous réussirons !

Depuis le début de la Pandémie je fais une veille sur les sujets liés à CoVid19 – vous la retrouverez sur Scoop-It et mon fil twitter  – et j’ai le plaisir de former 5 promos du MBADMB  à la esanté et de participer à cette formidable expérience qu’est la digitalisation des cours par le #MBADMB qui en fait une des école qui a le mieux réussit cette transition difficile.

Enfin, merci à tous ceux qui jour après jour oeuvrent pour assurer le quotidien et prendre en charge les patients. Bravo à vous.

Nous faisons le nécessaire pour #ResterChezNous.

#StayCovidSafe et portez vous bien.



[1] https://www.who.int/docs/default-source/coronaviruse/situation-reports/20200301-sitrep-41-covid-19.pdf?sfvrsn=6768306d_2

[2] https://jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/2762130

[3] https://en.wikipedia.org/wiki/File:Severity-of-coronavirus-cases-in-China-1.png

[4] https://www.thelancet.com/journals/lanres/article/PIIS2213-2600(20)30079-5/fulltext

[5] https://www.bfmtv.com/international/coronavirus-en-angleterre-les-projections-effrayantes-du-nombre-de-morts-en-cas-de-laisser-faire-1877451.html

[6] https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/03/15/coronavirus-les-simulations-alarmantes-des-epidemiologistes-pour-la-france_6033149_3244.html

https://factuel.afp.com/covid-19-que-peut-dire-des-projections-sur-le-nombre-de-morts

[7] https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/03/15/coronavirus-les-simulations-alarmantes-des-epidemiologistes-pour-la-france_6033149_3244.html

[8] https://www.lesechos.fr/politique-societe/societe/coronavirus-la-france-dispose-de-5000-lits-de-reanimation-dans-les-hopitaux-1184328

[9] https://fr.statista.com/infographie/21152/nombre-de-lits-de-soins-intensifs-pour-100-000-habitants-par-pays/

[10] https://www.ft.com/content/a26fbf7e-48f8-11ea-aeb3-955839e06441

[11] https://www.sciencesetavenir.fr/sante/les-hopitaux-americains-seront-vraisemblablement-debordes-par-le-coronavirus_142587

[12] https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-aux-etats-unis-le-risque-d-une-penurie-de-lits-dans-les-hopitaux-6783183

[13] https://www.thomasnet.com/articles/top-suppliers/medical-ventilators-manufacturers-companies/

[14] https://www.liberation.fr/planete/2020/03/20/en-allemagne-les-fabricants-de-respirateurs-manquent-de-souffle_1782392

[15] https://www.bfmtv.com/economie/coronavirus-en-france-air-liquide-va-quadrupler-sa-production-de-respirateurs-artificiels-1878147.html

[16] https://www.swissinfo.ch/fre/societe/coronavirus-_-le-monde-entier-r%C3%A9clame-nos-respirateurs-artificiels-/45622266

[17] https://www.lexpress.fr/actualite/ce-que-l-on-sait-sur-l-operation-morphee-le-service-de-soins-intensifs-volant-de-l-armee_2121299.html

[18] https://www.veterinaire.fr/actualites/communique-du-conseil-national-de-lordre-aux-veterinaires-20-mars-2020.html

[19] https://www.dhnet.be/actu/belgique/coronavirus-les-veterinaires-au-secours-des-medecins-5e6f5609f20d5a29c6745fd1

[20] https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-03-17/vets-ready-to-offer-animal-ventilators-to-ease-u-k-virus-crisis

[21] https://www.autoplus.fr/ford/actualite/coronavirus-respirateurs-artificiels-gouvernement-britannique-usines-Ford-1547414.html

[22] https://www.theverge.com/2020/3/26/21195433/dyson-ventilators-covent-coronavirus-develop-produce-uk-nhs-donate-vacuum-motor

[23] https://www.gov.uk/government/publications/coronavirus-covid-19-ventilator-supply-specification/rapidly-manufactured-ventilator-system-specification

[24] https://www.gtech.co.uk/ventilators

[25] https://www.politico.com/states/new-york/city-hall/story/2020/03/19/de-blasio-calls-on-elon-musk-to-make-ventilators-for-new-york-city-1268090

[26] https://www.benzinga.com/government/20/03/15641456/tesla-has-already-delivered-1-000-ventilators-to-help-hospitals-fight-pandemic-california-governor-s

[27] https://www.bbc.com/news/business-51914490

[28] https://finance.yahoo.com/news/coronavirus-uk-manufacturers-to-build-nhs-ventilators-104015172.html?guccounter=1&guce_referrer=aHR0cHM6Ly90LmNvLzgwVjZEV0UxN1k_YW1wPTE&guce_referrer_sig=AQAAAMZj-9HP5vc6d8UznxWUq-UGiTlicxYKKBeb9EYniBKhz4M9Uc6FoP7rrWv8TC_ksY8RDiHIkGjHk6D0wUiza3d2TrqVpEB9c4SdgbRAbIuc6HuHGWD-tlsh3FsI5Hy0UxorwLwfxQErti-w-v4NFygDOPl7LWNKN888dtXOTjd8

[29] http://www.frankshospitalworkshop.com/index.html

[30] https://www.vice.com/en_us/article/wxekgx/hospitals-need-to-repair-ventilators-manufacturers-are-making-that-impossible

[31] https://www.vice.com/en_us/article/wxekgx/hospitals-need-to-repair-ventilators-manufacturers-are-making-that-impossible

[32] https://www.vice.com/en_us/article/wxekkm/fixers-are-crowdsourcing-medical-equipment-repair-information?utm_content=1584639944&utm_medium=social&utm_source=VICE_twitter

[33] https://it.businessinsider.com/coronavirus-manca-la-valvola-per-uno-strumento-di-rianimazione-e-noi-la-stampiamo-in-3d-accade-nellospedale-di-chiari-brescia/

[34] https://metro.co.uk/2020/03/16/firm-refuses-give-blueprint-coronavirus-equipment-save-lives-12403815/

[35] https://epmonthly.com/article/not-heroes-wear-capes-one-las-vegas-ed-saved-hundreds-lives-worst-mass-shooting-u-s-history/

[36] https://www.7sur7.be/sante/utiliser-un-respirateur-pour-plusieurs-patients-differents-ca-fonctionne-parfaitement~a716ba3c/?referrer=https://www.google.com/

[37] https://www.unibo.it/en/notice-board/a-circuit-doubling-up-on-lung-ventilators

[38] https://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/une-idee-venue-d-italie-pour-222492

[39] https://onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.1197/j.aem.2006.05.009

[40] https://www.youtube.com/watch?time_continue=245&v=uClq978oohY&feature=emb_logo

[41] https://www.prismahealth.org/vesper/

[42] https://techcrunch.com/2020/03/26/prisma-health-develops-fda-authorized-3d-printed-device-that-lets-a-single-ventilator-treat-four-patients/amp/?guccounter=1

[43] https://www.rtmagazine.com/products-treatment/monitoring-treatment/therapy-devices/fda-approves-vocsn-5-1-portable-respiratory-system/

[44] https://www.venteclife.com/news/ventec-life-systems-and-gm-partner-to-mass-produce-critical-care-ventilators-in-response-to-covid19-pandemic

[45] https://www.journaldunet.com/solutions/dsi/1420355-gitlab-l-alternative-a-github-qui-veut-aller-bien-au-dela/

[46] https://www.europeanscientist.com/fr/non-classifiee/un-respirateur-open-source-pour-40-euros-a-partir-dune-imprimante-3d/?fbclid=IwAR0Pujb36lnC0HI4VtjLtFWyTuK1oEdXcth33Fn86Ugs9IcoUyx_aeynsaM

[47] https://github.com/bneiluj/covid-19-open-source-ventilators

[48] https://engineering.rice.edu/news/rice-ventilator-costing-less-300-can-help-treatment-covid-19

[49] http://www.primante3d.com/covid-19-premier-respirateur-23032020/

[50] https://openwho.org/courses/syndrome-respiratoire-aigu-severe