PHARMA : on LEEM un peu, beaucoup, passionnément…pas du tout
11/09/2018

Avec EcoStruxure pour la Santé, Schneider Electric prépare les établissements de santé du futur : connectés et bienveillants.

La semaine dernière s’est tenu Porte de Versailles à Paris le salon I.B.S., « Intelligent Building System », le salon du bâtiment intelligent et de la « Smart City* ».

Tendances d’un marché qui émerge, le smart building** devient plateforme de services avec des bâtiments de plus en plus connectés, interfacés avec un smart phone pour les occupants, offrant un bouquet de services aussi bien pour le logement collectif que pour le tertiaire (services météo, loisirs, réservation d’espaces de co-working, conciergerie, sécurité, confort et santé des occupants, optimisation des consommations, smart GTB…) avec des outils de pilotage et d’exploitation de plus en plus poussés. 

Le secteur de la santé est aussi concerné.

Les outils technologiques deviennent incontournables dans le secteur de la santé, d’une part avec des hôpitaux, de plus en plus connectés, et d’autre part avec le développement des EPHAD et du maintien à domicile à l’aide de nouvelles technologies comme la solution Senior Care Advisor qui doivent permettre de répondre aux problématiques liées au vieillissement de notre population.

Ce sont là des projets complexes qui nécessitent bien souvent la coordination de nombreuses expertises entre sous-traitants et exploitants, sans même évoquer la capacité à assurer une alimentation électrique stable ; et ce de leur conception à leur exploitation en passant par leur réalisation.

Afin de mieux comprendre ces notions de bâtiments intelligents, d’hôpital connecté et d’établissements bienveillants, je suis allé à la rencontre des équipes SCHNEIDER ELECTRIC France sur le stand au salon IBS où j’ai rencontré Fabrice BROUTIN, Directeur du Segment Santé et Bruno Guillaumont, Directeur de la veille stratégique.

BATIMENT CONNECTE = PLUS DE SATISFACTION POUR LES PATIENTS ET LES SOIGNANTS

 

Le « tout connecté » se développe et l’Internet des Objets (IoT) impacte de nombreux secteurs et usages d’ores et déjà.

A tel point qu’on ne parle plus aujourd’hui seulement d’IoT « Internet of Things – Internet des Objets » mais d’IoE « Internet of Everything – Internet de Tout ou le Tout-Internet »…

Cet écosystème incluant capteurs, données et processus ouvre des possibilités importantes pour faire évoluer les organisations et les infrastructures – au niveau local, territorial, au niveau d’une entreprise, d’un hôtel, d’un hôpital ou même d’un EPHAD ou chez un particulier… la diffusion de l’information, la prise de décision pourront être scénarisées pour améliorer l’efficacité opérationnelle à tous niveaux grâce à des Services avancés « les Advisors ».

Dans son livre blanc « Amélioration des soins aux patients et optimisation de la gestion des établissements de santé grâce à l’IoT », SCHNEIDER ELECTRIC a exploré les tendances liées à l’adoption de l’IoT dans le secteur de la santé, les meilleures pratiques pour sa mise en œuvre, ses avantages et plusieurs études de cas d’hôpitaux qui ouvrent la voie vers les soins de santé de demain.

SCHNEIDER ELECTRIC estime qu’un hôpital intelligent et connecté peut réaliser près de 16 millions d’euros d’économie par an… et ce pendant 20 ans !

Vous retrouverez dans cette infographie les principaux enseignements de cette étude.

Les solutions améliorant l’efficacité opérationnelle et la satisfaction des patients sont celles dont l’impact est le plus notable.

L’IoT peut aussi permettre de baisser ou prioriser les dépenses énergétiques, d’optimiser le parcours du patient, d’améliorer son confort en chambre (gestion des lumières, du bruit, …).

Réduction des frais de maintenance, diminution du nombre de panne de matériel, baisse du temps d’indisponibilité du matériel… les bénéfices opérationnels sont nombreux et vont avoir des conséquences directes sur la satisfaction du personnel et des patients.

 

Les coûts d’exploitation de l’établissement (hôpital, EPHAD, …) sont réduits et les bénéfices sont durables avec un coût de conception et de construction maitrisé.

Mais ce qui différencie beaucoup un bâtiment standard d’un bâtiment intelligent, c’est la complexité à gérer de sa conception à son exploitation.

C’est là qu’intervient le B.I.M., Building Information Modeling, littéralement le jumeau numérique du bâtiment, sur lequel travailleront l’ensemble des acteurs impliqués dans la conception, la construction et l’exploitation de l’établissement.

 

B.I.M. : LES BATIMENTS AUSSI ONT LEUR JUMEAU NUMERIQUE

Dossier patient informatisé, suivi des dispositifs médicaux, protection des nourrissons, empêchement des fugues de malades en déambulation, flux des patients au bloc opératoire, gestion technique du bâtiment… : les données gérées par l’hôpital connecté sont nombreuses et variées. Elles sont fournies par différents acteurs de la santé et du bâtiment. Hier, ils n’avaient rien à voir et n’échangeaient pas entre eux. Aujourd’hui, ils partagent le même écosystème.

 

« Un seul fabricant d’équipements ne peut pas à la fois fournir des solutions dédiées au patient et des systèmes pour le bâtiment »

 

Fabrice Broutin, Directeur Santé pour Schneider Electric.

 

Pour permettre aux sous-traitants comme aux exploitants du bâtiment de partager leurs informations depuis la conception jusqu’à la fin de vie de l’établissement, une réplique numérique 3D du bâtiment va être conçue.

 

Cette réplique, jumeau numérique du bâtiment, va pouvoir être simulée afin d’anticiper dès la conception, la réalité de l’exploitation.

Bien au-delà d’une simple visite virtuelle qui permettra d’apprécier les espaces, les déplacements, la luminosité au fil de la journée, c’est toute la maintenance, la logistique, les spécificités techniques qui vont pouvoir être simulées et optimisées pour construire le bâtiment le plus intelligent possible, un bâtiment connecté.

C’est pour cela que SCHNEIDER ELECTRIC a mis en place une suite logicielle EcoStruxure™

Architecture système ouverte et interopérable capable d’exploiter les possibilités offertes par l’Internet des Objets (IoT) au travers de laquelle Schneider Electric apporte une valeur ajoutée à ses clients en matière de sûreté, de fiabilité, d’efficacité, de durabilité et de connectivité.

Elle s’appuie sur les technologies existantes dans le domaine de l’IoT, de la mobilité, de la détection, du cloud computing, de l’analyse des données et de la cyber-sécurité pour innover à tous les niveaux, des produits connectés et dispositifs de contrôle répartis jusqu’aux applications, aux outils d’analyse et aux services.

EcoStruxure a été déployée sur plus de 450 000 installations avec le concours de 9 000 intégrateurs systèmes et relie entre eux plus d’un milliard d’appareils connectés.

Ce dispositif EcoStruxure pour la Santé a été déployé récemment sur deux établissements hospitaliers en France, l’Hopital d’Ajaccio et la polyclinique Reims-Bezannes du groupe Courlancy Santé.

Ces deux établissements de plus de 40 000 m2 ont construits des bâtiments intelligents et Ajaccio a été le premier hôpital en France entièrement conçu et construit à partir d’une maquette BIM.

Optimisation, sécurisation, satisfaction des personnels et des patients ont été au cœur de ces projets qui avaient aussi pour but d’obtenir des bâtiments performants au niveau énergétiques afin d’assurer la disponibilité au meilleur coût et avec la plus grande disponibilité d’une ressource de plus en plus indispensable dans ce monde du tout connecté : l’électricité.

 

Ça tombe bien, l’électricité c’est un secteur dans lequel SCHNEIDER ELECTRIC s’est lancé en 1891 et dans lequel elle ne cesse d’innover depuis.

 

Digitalement vôtre

Lionel REICHARDT – Le Pharmageek

Post réalisé en partenariat avec SCHNEIDER ELECTRIC

 

 

* Ville intelligente

** Bâtiment intelligent