Programme et vidéos | Sanofi Forum santé publique #hcsmeufr #fsp15
25/12/2015
‘No’ isn’t an answer, it’s an excuse. The answer should be ‘how?’ … SOCIAL MEDIA IN THE PHARMACEUTICAL INDUSTRY
20/01/2016

Maisons pluridisciplinaires : ensemble, les professionnels de santé sont plus forts #FFPMS #maisonsdesanté #poledesanté

Maisons de Santé Pfizer

Maisons de Santé Pfizer

Maisons pluridisciplinaires : ensemble, les professionnels de santé sont plus forts

Le laboratoire Pfizer vient de signer une convention de revitalisation avec la FFMPS qui apporte un soutien notable à une centaine d’équipes de soins primaires créatrices de nouveaux métiers au sein des maisons et pôles de santé.

Depuis 2006, le nombre de maisons de santé, ou de maisons pluridisciplinaires, a considérablement augmenté.

D’une dizaine en 2006, on en compte désormais près de 800 qui regroupent presque 10% des professionnels de santé en France (1).

Mais si ces structures ont vocation à répondre aux défis posés par le système de santé (accessibilité de la population aux soins et meilleure qualité des soins, économies pour le système de santé, etc.), elles soulèvent aussi de nouveaux besoins notamment pour la gestion des aspects administratifs et la coordination nécessaire à leur bon fonctionnement.

La création d’une centaine de postes de coordonnateurs et responsables des systèmes d’information au sein des maisons et pôles de santé (MPS), des Fédérations régionales et de Facilimed (société coopérative créée par la FFMPS qui facilite le management au sein des équipes de soins et propose, par exemple, un système d’information de gestion des MSP ou encore un service de référencement de prestations, comme les centres de secrétariats déportés) répond précisément à ces besoins.

Maisons pluridisciplinaires

Maisons pluridisciplinaires

Ces métiers qualifiés se déclinent selon deux approches :

  • les coordinateurs d’équipes sont responsables des aspects administratifs. Leurs missions consistent, par exemple, au sein des maisons de santé, à gérer la société interprofessionnelle de soins ambulatoires (SISA), les locaux, le personnel, la négociation avec l’Agence Régionale de Santé (ARS), ou encore la construction de projets de santé.
  • Les médecins DIM sont chargés de l’organisation et du contrôle du Département d’Information Médicale (DIM). Ces médecins encadrent des équipes de professionnels de santé pour optimiser l’utilisation du système d’information.

« En France, les équipes de soins primaires ont 20 ans de retard dans l’utilisation des systèmes d’information. Ces médecins DIM les aident à structurer les informations pour produire des données pour de l’audit sur les pratiques, ainsi qu’à améliorer la santé publique sur le territoire », précise Pierre de Haas.

Michel Ginestet, Président de Pfizer France

Michel Ginestet, Président de Pfizer France

« Les maisons et pôles de santé apportent notamment une réponse au problème de la démographie médicale et des déserts médicaux. Au sein de ces structures, plusieurs professionnels de santé travaillent de concert ce qui permet de mettre en commun leurs compétences et leur savoir-faire au bénéfice du patient. Ce dernier voit ainsi son accès aux soins optimisé. Le développement des maisons et pôles de santé répond aux enjeux sociétaux et sanitaires actuels et futurs », 

témoigne Michel Ginestet, Président de Pfizer France.

« Par l’intermédiaire de cette convention de revitalisation mise en place avec la FFMPS, Pfizer s’attache également à être contributeur et partie prenante au développement de secteurs connexes à la santé. En tant qu’industriel de santé, nous aspirons plus généralement à apporter notre expertise dans le débat public », ponctue-t-il.

Vers une santé en équipe, en territoire et en projet

La définition d’une maison de santé est donnée par l’article L. 6323-3 du code de Santé Publique:

« Art. L. 6323-3. – La maison de santé est une personne morale constituée entre des professionnels médicaux, auxiliaires médicaux ou pharmaciens. »

« Ils assurent des activités de soins sans hébergement de premier recours au sens de l’article L. 1411-11 et, le cas échéant, de second recours au sens de l’article L. 1411-12 et peuvent participer à des actions de santé publique, de prévention, d’éducation pour la santé et à des actions sociales dans le cadre du projet de santé qu’ils élaborent et dans le respect d’un cahier des charges déterminé par arrêté du ministre chargé de la santé. »

« Le projet de santé est compatible avec les orientations des schémas régionaux mentionnés à l’article L. 1434-2. Il est transmis pour information à l’agence régionale de santé. Ce projet de santé est signé par chacun des professionnels de santé membres de la maison de santé. Il peut également être signé par toute personne dont la participation aux actions envisagées est explicitement prévue par le projet de santé. »

En résumé, une maison de santé, c’est :

  • le regroupement de plusieurs professionnels de santé
  • un exercice des soins de premier recours 
  • et un projet de santé 

Le cadre de ces Maisons de Santé Pluridisciplinaires (MSP) a été mis en place dès 2007 puis précisé dans les lois HPST et Fourcade.

« Une MSP se veut un espace de concertation qui encourage les professionnels à « se saisir des chantiers » et à les mener eux-mêmes à terme (HAS, décembre 2008)»

 C’est aussi l’occasion d’expérimenter de nouveaux modes de rémunération puisque dans certains de ces regroupements, appelés Centre de santé, les professionnels de santé y sont salariés et les actes pratiqués tous conventionnés en secteur 1 et Tiers payant.

Si l’évaluation médico-économique est en cours, l’utilité sanitaire et sociale ne fait aucun doute.

Un gain pour les patients donc, comme pour les professionnels de santé.

« Quoi de plus agréable que de travailler en équipe ? »

interroge ainsi Pierre de Haas, le président de la FFMPS.

Il revient sur les avantages et intérêts des maisons de santé dans cette interview.

Maisons de Santé Pfizer

Maisons de Santé Pfizer

Mais ces regroupements génèrent aussi de nouveaux besoins et impératifs administratifs pour assurer la gestion de l’équipe ainsi constituée et la coordination avec l’ARS qui a validé le projet et qui doit entériner le projet de la structure chaque année.

Le passage d’un exercice isolé du professionnel de santé vers des exercices pluri-professionnels nécessite des postes de coordonnateurs et de responsables des systèmes d’information pour permettre de fédérer les équipes autour d’une structure et d’un projet.

« On peut penser que dans une maison de santé moyenne, il faut à peu près une journée de poste de coordination par semaine » 

selon Pierre de Haas.

C’est tout l’intérêt de la convention de revitalisation qui a été signée entre Pfizer et la FFMPS comme l’explique Pierre de Haas, Président de la FFMPS, dans cette vidéo.

Maisons de Santé Pfizer

Maisons de Santé Pfizer

Profession de santé : un administratif lourd

Si tout le monde se souviendra (avec admiration et reconnaissance) du Vendredi 13 novembre 2015 comme le jour où les professionnels de santé se sont mobilisés pour faire face aux terribles évènements qui ont frappé notre pays, ce jour-là était aussi un jour de grève pour les médecins libéraux.

Le motif  de cette grève ? La Loi de santé et son tiers payant généralisé et obligatoire.

Loi de Santé - Grève

Loi de Santé – Grève

Avec la crainte pour les médecins d’alourdir encore davantage le temps consacré à la gestion de l’administratif.

Et à regarder les différentes enquêtes sur ce sujet, il est vrai que les professionnels de santé ne se consacrent pas exclusivement au cœur de leur métier : la consultation et les soins.

L’étude de la DRESS en mars 2012  (2) fait ainsi état d’un temps de travail hebdomadaire moyen pour un médecin généraliste de 57 heures.

Sont inclus dans ce temps de travail : la consultation mais aussi parfois le secrétariat, la comptabilité ou encore l’entretien du cabinet.

Dans une étude plus ancienne (2004) (3) conduite par l’URML Rhône Alpes, 1h47 serait consacrée par jour aux tâches administratives… dont 1h22 en dehors de la consultation.

temps dédié à l'administratif

temps dédié à l’administratif

A lumière de ces constats, on comprend donc mieux l’intérêt de disposer de personnes qualifiées qui permettront d’optimiser l’exercice multi-professionnel et soulageront le quotidien des leaders de ces structures.

De même, il est essentiel pour ces structures d’avoir une approche commune et partagée des systèmes d’information pour s’assurer de la bonne coordination des soins et de la transmission des informations entre les différents professionnels de santé.

Un spécialiste de ces questions au sein des MPS est donc indispensable.

Simplifier et faciliter l’exercice des professionnels de santé.

Adapter leur mode d’exercice à leurs aspirations personnelles et professionnelles.

Mettre en place des outils qui leur permettent d’être plus productifs et plus accessibles pour les patients.

Concilier qualité de vie pour les professionnels de santé et accès à des soins de qualité pour les patients.

Améliorer l’organisation de l’offre de soins dans les territoires.

Autant d’atouts que peuvent légitimement revendiquer les maisons et pôles de santé.

Si en plus ces coordonnateurs disposent de quelques notions de e-santé et peuvent intégrer quelques dispositifs dédiés au sein de ces structures, gageons que cela ne pourrait être que profitable au fonctionnement des maisons et pôles de santé.

A bon entendeur !

Digitalement vôtre

Le Pharmageek.

Post réalisé en partenariat avec PFIZER et Capital Image / PFIV355 

[1] Extrait de l’ITW de Pierre de Haas, Président de la FFMPS, disponible sur le site Acteurs de santé (http://www.acteursdesante.fr/)
[2] Steve Jakoubovitch (DRESS), Rapport « Les emplois du temps des médecins généralistes »,  Etudes & Résultats n° 797 – mars 2012
[3] « Etude des transferts de charges des organismes tiers vers les médecins libéraux », URML Rhône-Alpes – février 2004
Del
Del