Consommer de l’électricité en dit long sur votre santé ! EDF Pulse
19/12/2014
L’informatique au service de la médecine
19/12/2014

Consommer de l’électricité en dit long sur votre santé ! EDF Pulse

Consommer de l’électricité en dit long sur votre santé !Notre consommation d’eau et d’électricité donne de précieuses indications sur notre état de santé. La plate-forme numérique de Smart Risks permet de détecter les problèmes médicaux des personnes âgées grâce à ces données.

« Un frigo qui reste fermé, une chasse d’eau qui fonctionne plusieurs fois par nuit ou un micro-ondes inutilisé renseignent sur les habitudes de vie. Ces données peuvent être très utiles en termes de prévention [pour la santé des personnes âgées] », confiait Xavier Wagner en octobre 2013 au quotidien La Dépêche. Le fondateur de Smart Risks venait d’installer sa start-up au sein d’une pépinière d’entreprises judicieusement hébergée dans la maison de retraite de Bellissen, à Foix. Il précisait alors son projet : « Mon idée, c’est de transformer des informations sur l’utilisation des fluides – eau, gaz, électricité – en données utilisables par le monde médical. » Ainsi, la consommation croissante d’eau ou de courant la nuit peut être un symptôme de la maladie d’Alzheimer. Une inactivité anormalement longue, le signe d’une chute ou d’une déprime.

« Mon idée, c’est de transformer des informations sur l’utilisation de l’eau ou de l’électricité en données utilisables par le monde médical »Une image de l’activité quotidienne au domicile

Le plan est aussi simple qu’ingénieux : au lieu de s’échiner à truffer les foyers de capteurs dernier cri ou de fournir des services de prévention souvent jugés stigmatisants par les personnes âgées, autant utiliser « l’infrastructure existante dans le logement [les compteurs intelligents d’eau et d’électricité surtout], plus acceptable pour le senior car faisant déjà partie de son quotidien ». L’habitat lui-même devient un capteur de santé, les consommations d’eau et d’énergie des bio-marqueurs. Objectif ? Détecter des comportements anormaux et envoyer si nécessaire une alerte à la famille ou à des amis. Les aidants ainsi rassurés, le médecin traitant disposant d’informations entre deux consultations, il devient plus simple de maintenir à domicile des personnes âgées. Leur autonomie s’en trouve renforcée au prix d’une vigilance peu intrusive.

Concrètement, Smart Risks a donc développé AUTONO.ME, une plate-forme numérique. Les données sont analysées, compilées, comparées dans le temps afin de déceler une consommation qui sort de l’ordinaire. Selon Xavier Wagner, elle pourrait être particulièrement utile aux bailleurs sociaux afin de fournir aux locataires un « bouquet de services de vigilance et de coordination des différents acteurs de l’autonomie du territoire : les aidants, les collectivités locales, les acteurs médico-sociaux et les professionnels de santé ». Le créneau semble porteur : l’habitat social représente 4,5 millions de logements en France et 10 % des locataires y sont âgés de plus de 75 ans.

Pour aller plus loinUne box qui détecte les chutes
La maison de retraite de demain
Le site de SmartRisks

Source: pulse.edf.com