« #MoiPatient, je pense que ce qui est important que l’on puisse avoir accès à tous les produits extraordinaire qui sortent dans les maladies graves », Danielle Villedieu, Responsable Développement pôle santé Interaction Healthcare.

moipatient-bissot-campos
« #MoiPatient, je rêverais que les enfants malades soient reconnus comme des adultes en devenir avec les moyens pour les guérir », Nathalie Bissot Campos, chargée de communication pour l’association Maladies Foie Enfants et consultante e-santé
26/11/2016
fsp_2016
Le Forum Santé Publique Sanofi fête ses dix ans
28/11/2016
Montrer tout

« #MoiPatient, je pense que ce qui est important que l’on puisse avoir accès à tous les produits extraordinaire qui sortent dans les maladies graves », Danielle Villedieu, Responsable Développement pôle santé Interaction Healthcare.

danielle_villedieu_moipatient

MoiPatient… Alors que la santé est l’une des préoccupations majeures des français, elle semble pour autant oubliée dans les campagnes électorales de nos présidentiables de 2017…

Avec #MoiPatient, reprenant l’anaphore de François Hollande en 2012 « Moi Président »,  nous donnons la parole au patient que nous sommes tous…

Danielle Villedieu – Responsable Développement pôle santé Interaction Healthcare, partage avec nous sa vision du #MoiPatient

#MoiPatient et je l’ai été car j’ai été gravement malade, je pense que ce qui est important c’est que l’on puisse avoir accès à tous les produits extraordinaires qui sortent dans les maladies graves. Je pense qu’aujourd’hui, malgré tout, il va falloir renoncer à certaines choses parce que en France on est habitué à avoir tout rembourser et je pense qu’il faut maintenant peut-être s’amener à réfléchir sur des choix, des choix drastiques mais des choix stratégiques au niveau des pathologies qui sont qui se développe qui sont graves et pour lesquelles on a quand même des solutions mais qui sont effectivement onéreuses je pense que le rhume et les cors aux pieds, comme je le dis souvent, peuvent très bien se traiter à moindre coût et arrêter de dire qu’il y a  une médecine à deux vitesses. Oui peut-être,  on peut tous aller à l’hôpital se faire soigner même pour des petites choses, on sait très bien que les urgences sont souvent remplies de fausses urgences et ca c’est une première chose.

Après, avec les moyens qu’on a aujourd’hui de communiquer, je trouve qu’avec le DPC (Dossier Médical partagé), ça c’est un gros mot, mais d’avoir un dossier partagé avec tous les acteurs de la santé qui entrent dans notre vie, et la mienne est déjà longue car j’ai été souvent malade, et quand il faut raconter sa vie à chaque fois qu’on rencontre un médecin ans, c’est très laborieux. Alors que si on lui donne  une carte, comme la carte de remboursement de la sécurité sociale, et qu’il peut trouver toutes les informations, les clichés de quand vous étiez petite, les vaccins, ect… mais ce serait formidable ! Moi ça c’est mon souhait.

Alors aujourd’hui tout le monde a peur des données, mais aujourd’hui tout le monde est au courant de tout alors je ne sais pas si ca c’est une chose… On a quand même beaucoup de sécurité. On ne sait pas de quoi demain sera fait bien sûr, mais sinon on avance jamais : on ne conduit pas parce qu’on peut se faire écraser, on peut avoir un accident, on ne peut pas faire du ski parce qu’on va tomber,  tout ça pour moi c’est des  sornettes, ça ne rime à rien !  Il faut prendre des risques et au contraire partager ses données pour faire avancer les choses et moi je trouve que c’est une bonne chose. »

Si vous aussi vous souhaitez partager votre #MoiPatient, envoyez-nous votre vidéo ou prenez contact avec nous pour la réalisez sur notre plateau : lionel(atreichardtonline.com) en précisant bien en objet #MoiPatient.